Modèles compensatoires et non compensatoires dans la prise de décision
2 min read

Modèles compensatoires et non compensatoires dans la prise de décision

Faciliter la prise de décision de nos utilisateurs en concevant des interfaces qui prennent en charge les stratégies compensatoires et non compensatoires.
Modèles compensatoires et non compensatoires dans la prise de décision

Nous utilisons tous ces deux modèles lorsque nous devons comparer un produit, un service ou une marque. Alors comment pouvons-nous accompagner nos utilisateurs en leur donnant les outils nécessaires ?

Compensatory vs Noncompensatory: 2 Decision-Making Strategies
Ease users’ purchase decisions by designing interfaces that support both compensatory and noncompensatory decision-making strategies.

Tout d'abord débutons par une définition de ces concepts :

Modèles non compensatoires

Ce sont les plus basiques, ils portent sur la considération de règles ou critères simples et sont adaptés à traiter un grand volume de donnée. Si une règle n’est pas vérifiée, l’élément sera écarté du processus d’évaluation.

Les alternatives qui ne répondent pas à un critère particulier seront écartées.

Exemple : vous souhaitez acheter une voiture entre 5000 et 10 000€, plutôt récente, sans trop de complications. Une Ferrari récente sera rapidement écartée, car trop cher.

Modèles compensatoires

Ce sont des modèles qui étudient les processus de compensation utilisés par un individu lors d'une évaluation comparative. À l'inverse des modèles non compensatoires, des nuances peuvent être considérées. Les attributs positifs et négatifs sont envisagées et permet aux attributs positifs de compenser les attributs négatifs.

Exemple : vous hésitez entre deux voitures similaires, l'une est plus cher mais dans une couleur que vous préférez, l'autre est moins cher et dispose d'une option supplémentaire.

Comment cela doit impacter notre conception ?

En fonction du produit que nous souhaitons créer, il est important de proposer des filtres permettant, à partir de critères précis, d'obtenir à une liste de 5 à 7 produits répondant aux exigences de l'utilisateur.

L'utilisateur devra ensuite être en capacité de comparer précisément chacune de ces alternatives. Sur un marketplace, cela peut passer par la mise en place d'une fonction de comparaison. Sur un site vitrine cela peut passer par la mise en place d'un tableau comparatif des différentes offres.


J'ajouterais également que lors du processus d'achat d'un bien ou d'un service engageant, l'utilisateur souhaitera se laisser un temps de réflexion et fera surement appel à son réseau pour mettre son choix en perspective.

Il pourra être judicieux de lui fournir des éléments de réassurance via l'intermédiaire de ses réseaux d'influences.

Comment j'ai découvert cet article ?

Je suis abonné à la newsletter de conception produit et design d'interaction du Nielsen Norman Group.